Idée reçue : la BD n’a rien à faire au musée

À l’automne 2020, les Cahiers de la BD sortaient un numéro intitulé « La BD doit-elle entrer au musée ? », selon leur formule interrogative désormais habituelle en guise de thématique générale. Devoir justifier systématiquement la présence muséale de la bande dessinée a quelque chose de rébarbatif pour qui s’intéresse au quotidien à cette réalité, mais pour en avoir discuté récemment lors d’un séminaire dédié à l’interprétation des objets muséaux, il apparait encore utile et nécessaire de donner des clés de compréhension lorsqu’il s’agit de faire entrer ce type d’objets culturels dans une institution muséale.

Autrement dit, cette question est encore d’actualité et elle se situe non loin de celles qui se demandent si la bande dessinée a sa place à l’école1 et si, vraiment, la lecture d’une BD est aussi qualitative qu’un « vrai livre »2.

Alors, ce n’est pas par effet de surprise que j’entreprends de participer à la réflexion qui donne suite de la polémique soulevée par deux membres de La Cambre, à propos du projet muséal de P. Geluck3, mais bien par souci de me roder à l’exercice de démystification de la muséalisation de la bande dessinée.

Le Chat, ce n’est pas de la culture et il n’a pas sa place dans un musée. Un musée est un lieu qui doit conserver un patrimoine, il doit être un outil pédagogique et montrer des œuvres d’art qui ne pourraient pas être vues autrement. Comme la bande dessinée peut être vue ailleurs, elle n’a pas sa place dans un musée et ce n’est pas de l’art.

 Sandrine Morgante, conférencière à la Cambre. Source : RTBF

Je voudrais, à partir de cette citation, interroger quelques lieux communs que l’on entend souvent à propos du musée et que l’on perçoit dans cette citation, pour interroger leur pertinence.

« Au musée, il n’y a que de l’art »

En 2021, certainement pas. Certes, il existe un lien très fort qui relie l’institution muséale, du point de vue européen, à l’art, tout simplement parce que les collections de type « beaux-arts » ont été à l’origine de la diffusion de cette institution qu’est le musée à travers l’Europe dès le XIXe siècle4. À un moment où est célébré le bicentenaire de la mort de Napoléon, c’est l’occasion de rappeler l’héritage encore extrêmement présent de la politique de son régime en matière de musées, notamment dans la typologie du musée de province en France et la centralisation des collections actuelles du Louvre5. Cependant, en deux siècles, le musée en tant qu’institution publique ou privée a énormément évolué, sous l’influence d’autres perceptions, comme celles que l’on retrouve par exemple en Amérique du Nord où, à l’origine, le musée est dédié aux sciences de la nature, mais encore l’évolution des sciences humaines qui sous l’influence d’une vision anthropologique de la culture, ont ouvert la voie à une multitude de sujets légitimes comme étant représentatifs des pratiques sociales et culturelles d’une société donnée. C’est bien là l’enjeu d’une image du musée qui dépasse les limites du seul rapport à l’art : l’institution muséale devient un outil épistémologique pour comprendre notre rapport au monde, à partir de sa culture matérielle et immatérielle6.

À l’instar des musées de bande dessinée, peut-il y avoir autant de musées qu’il y a de sujet d’étude ?

« Au musée, on ne fait que regarder des œuvres »

En 2021, certainement pas (bis). Art ou pas, sciences, histoire ou faits sociaux, il n’y a pas que la typologie institutionnelle qui a évolué, il y a aussi le comportement du visiteur durant sa visite. Il y a d’ailleurs un petit paradoxe à ce propos : non seulement on y fait désormais beaucoup plus que simplement regarder les objets, mais lorsqu’on se contente de regarder, il apparait qu’on le fait à vitesse grand V. Les études de publics et les évaluations faites au cœur des expositions encouragent l’idée que le visiteur d’exposition court littéralement durant sa visite, tant son temps d’observation par expôt se réduit à quelques (dizaines) secondes7. Néanmoins, je voudrais mettre ici l’emphase sur certaines initiatives qui déstabilise « l’oculocentrisme »8 omniprésent dans l’institution muséale. La contemplation s’accompagne désormais de l’écoute, du toucher, du goût, de l’odorat, de l’expérimentation non seulement empirique, notamment lorsqu’il est possible de lire de la BD au sein de certaines expositions, mais aussi cognitive, plus théorique, par le discours de l’exposition. Par ailleurs, pour répondre à cette évolution du comportement muséal, même la préservation muséale renouvelle certaines de ses approches pour favoriser un engagement plus fort du visiteur, en développant par exemple des collections dites « éducatives »9 faites d’objets de moindres valeurs ou de reproductions qui « ont le droit » de s’user. Le numérique et les technologies de reproductibilité technique des objets n’ont pas fini d’accompagner un musée moins en distance et plus en expériences.

Qu’y-a-t-il comme geste, comme posture, que l’on ne pourrait intégrer à une expérience muséale ?

« Au musée, il n’y a que des objets originaux, authentiques et, surtout, uniques »

En 2021, certainement pas (ter10 ). L’histoire des collections nous apprend que ce qui a été en premier lieu mis de côté pour être préservé avait ce caractère teinté de l’exceptionnel, de l’extraordinaire, du remarquable, du spécimen témoin d’une réalité issue d’ailleurs (géographiquement ou temporellement). Aujourd’hui encore, les institutions muséales assurent ce rôle de protecteur de ces artefacts tant qu’ils correspondent à leur politique de collectionnement et très souvent, la justification de leur acquisition moyennant parfois des sommes conséquentes, repose essentiellement sur ces valeurs d’ancienneté, d’originalité, d’authenticité, voire d’unicité. Cependant, tout comme les typologies institutionnelles et les comportements des visiteurs ont évolué, la composition des collections a également été élargie à tout ce qui participe d’une manière ou d’une autre à la réalité de notre monde, que ce soit matériel ou immatériel. L’exemplarité d’une collection ou son caractère patrimonial ne sont pas des caractéristiques obligatoires11, et ce qui prime, c’est le projet discursif de l’institution qui repose sur la pertinence de ses collections.

Y-a-t-il des choses qui ne peuvent pas faire l’objet d’une muséalisation ?

Notes

  1. En France : Depaire, C. (2019). État des lieux : La place de la Bande dessinée dans l’enseignement. Syndicat national de l’édition. Récupéré de https://www.sne.fr/document/etude-la-place-de-la-bande-dessinee-dans-lenseignement/ et Cité internationale de la bande dessinée et de l’image. (2017). Rencontres nationales de la bande dessinée 2e édition. Éducation et bande dessinée. Angoulême. Récupéré de http://www.etatsgenerauxbd.org/wp-content/uploads/sites/9/2018/05/2017_rencontres_nationales_bd_02_v00c2.pdf. Ainsi que le numéro dirigé par Blanchard, M. et Raux, H. (dir.). (2019). « Usages didactiques de la bande dessinée ». Tréma. Revue internationale en sciences de l’éducation et didactique, n°51, doi : 10.4000/trema.4803. Au Québec : Boivin, A. et Perron, G. (dir.). (2008). « La bande dessinée à l’école », Québec français. (2008). Récupéré de https://www.erudit.org/fr/revues/qf/2008-n149-qf1100688/ []
  2. Voir les échanges récents entre acteurs du milieu de la recherche et de l’édition dans le webinaire proposé par le Festival Québec BD : https://youtu.be/wefnIcDc-9Q?list=PLmJhVaixF81-hO4nfFPf3QoA_IVwSoGx1 et pour le programme complet des 4 tables rondes de cette journée : http://quebecbd.com/evenement/webinaire-sur-la-bd-au-quebec/ []
  3. Voir le billet de Pasamonik, D. (2021). « Ils veulent interdire le Musée du Chat ! » ActuaBD. Récupéré de https://www.actuabd.com/Ils-veulent-interdire-le-Musee-du-Chat []
  4. Voir Poulot, D. (2012). Le musée et le patrimoine. Une histoire de contextes et d’origines. Dans A. Meunier et J. Luckerhoff (dir.), La muséologie, champ de théories et de pratiques (p. 17‑40). Québec : Presses de l’Université du Québec. []
  5. Voir Bertinet, A. (2015). Les musées de Napoléon III: une institution pour les arts, 1849-1872. Paris : Mare & Martin. et dans la presse généraliste : « Ces chefs-d’œuvre que Napoléon avait rapportés d’Italie… » L’Obs, (2016) récupéré de : https://www.nouvelobs.com/topnews/20161216.AFP3753/ces-chefs-d-oeuvre-que-napoleon-avait-rapportes-d-italie.html et Fourny, M. (2019). « Quand Napoléon pillait l’Europe pour remplir le musée du Louvre ». Le Point. Récupéré de https://www.lepoint.fr/histoire/quand-napoleon-pillait-l-europe-pour-remplir-le-musee-du-louvre-14-10-2019-2341180_1615.php []
  6. Voir la définition du musée par l’ICOM (en ligne). Récupéré de https://icom.museum/fr/ressources/normes-et-lignes-directrices/definition-du-musee/ []
  7. Voir le petit article de Konbini : https://arts.konbini.com/artcontemporain/des-musees-appellent-les-visiteurs-a-ralentir-devant-les-oeuvres-dart/ []
  8. Voir cet article sur la limite des sens devant une œuvre ou un objet et l’impact de cette limite face aux productions culturelles extraoccidentales : Blanchard, M.-J. et Howes, D. (2019). Les sens assoupis : La vie sociale et sensorielle des artefacts dans l’espace muséal. Anthropologica, (61), 322‑333. []
  9. Voir le point de vue du Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke. (2010). Collection éducative [matériel de référence]. Récupéré de http://www.virtualmuseum.ca/edu/ViewLoitDa.do;jsessionid=81EDA%2091D0EEBC448EF09C259BB3CD95C?method=preview&lang=FR&id=16120. []
  10. Je ne suis pas tout à fait certaine que cela se dise… []
  11. D’autant plus en Amérique du Nord qu’en Europe, par exemple voir le texte de Bergeron, Y. (2010). « L’invisible objet de l’exposition ». Ethnologie française, 40(3), 401‑411. DOI : 10.3917/ethn.103.0401 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.