Le bouquin de la bande dessinée : “Musées”

Référence : Hoog, A.-H. (2020). « Musées ». Dans T. Groensteen (dir.), Le bouquin de la bande dessinée : dictionnaire esthétique et thématique (p. 473-478). Paris : Robert Laffont.

C’est une entrée de dictionnaire rédigée par Anne-Hélène Hoog, conservatrice depuis 2017 au Musée de la BD à la CIBDI et cela se perçoit puisque la dernière page et demie (sur 5,5) est entièrement consacrée à la présentation de cette institution, à son histoire, à son actualité et à ses projets.

Cependant, les quatre pages qui précèdent sont intéressantes à plus d’un titre pour accompagner la réflexion sur les liens entre la bande dessinée et le muséal, en général. Il y a deux parties à cette entrée : la première replace l’argumentaire qui rappelle que la bande dessinée est bien un objet de musée et la seconde, plus large, énumère plusieurs institutions à travers le monde et explicite leurs liens avec la bande dessinée.

Le pluriel de l’entrée « musées » peut être relevé parce qu’il est révélateur d’une réalité muséale plurielle concernant la bande dessinée, constat que je partage pleinement, mais la définition de cette pluralité ne s’opère pas exactement sur les mêmes critères que l’autrice.

Premièrement, dans cet article, il y a une séparation nette qui est faite entre les musées publics et les musées privés, les premiers étant considérés comme plus « vrais », « aboutis » que les seconds qui ne seraient qu’une forme préliminaire d’institution dont le pouvoir de reconnaissance et de légitimation n’est pas assez fort puisqu’elle ne bénéficie pas de la bénédiction de l’État. Je ne manquerai pas de noter ici qu’il s’agit bien d’un ouvrage publié en France où la fonction publique est extrêmement valorisée, voire majorée, mais à l’échelle du monde, le modèle du musée privé n’est en rien moins abouti, pertinent, conséquent que son équivalent public. Certes il existe des différences fondamentales qui influencent le fonctionnement, le discours, les moyens de l’institution mais il n’est pas forcément pertinent d’y voir un critère qualitatif1.

Ensuite, il y a une distinction et une forme de hiérarchisation entre les institutions selon la place qu’elles accordent à la bande dessinée. L’autrice mentionne ainsi trois catégories d’institutions :

« Plus précisément, le rapport des musées avec le médium de la bande dessinée prend aujourd’hui trois formes : des expositions temporaires (…), l’intégration de la bande dessinée dans une collection au spectre plus large, et la constitution d’un musée ayant la bande dessinée pour domaine exclusif. »

Hoog, A.-H. (2020). « Musées ». p.473.

En dehors du rejet de la hiérarchisation entre ces institutions qui s’affirme aussi à travers le texte, j’ajouterais volontiers le musée d’auteur, comme le musée Hergé, dont la finalité est différente d’une institution qui aborde la bande dessinée par l’objet et la pratique de façon plus générale.

Mais surtout, je me demande s’il n’y a pas une forme de confusion dans ce paragraphe entre ces catégories d’institutions et les conditions qui permettent à la BD d’être en rapport avec les musées. L’autrice ne mentionne que l’exposition et le collectionnement et, à aucun moment, il s’agit de mentionner le rôle de la bande dessinée comme support de médiation, de vulgarisation, voire de stratégies pédagogiques au sein des institutions. Pourtant, à bien des égards, cet axe d’existence, de mise en relation, entre la bande dessinée et le musée peut être riche d’enseignement pour la muséologie comme pour la bande dessinée. Je pense à des exemples de muséographie qui utilise les principes de la bande dessinée pour caractériser leur exposition2 et je pense également aux outils éducatifs qui mobilisent la bande dessinée comme moyen de s’approprier (par la lecture ou la réalisation) une exposition3 .  

J’en reviens alors aux tout premiers paragraphes de cette entrée pour relever une forme de paradoxe dans son contenu. L’autrice semble ironiser sur le fait que certains « contemporains pensent encore qu’entrer au musée, c’est un peu être admis à la table des maîtres… » (p.473), pour ensuite confirmer la fonction de légitimation de l’institution muséale : « le musée établit », « il honore ». En fait, c’est révélateur d’une autre réalité française, celle qui fait du musée le lieu de la démocratie culturelle qui souhaite ouvrir ces institutions à la diversité des pratiques et des objets culturels contemporains (pour les légitimer), après avoir été le lieu de la démocratisation culturelle qui, elle, voulait permettre au plus grand nombre de concitoyens de bénéficier de la Culture institutionnalisée (et donc légitime).

Ce que je retiens particulièrement de cette première partie de texte est que le musée est, dans ce contexte français, une institution de légitimation et est quelque peu limité à ce rôle, alors que dans la diversité des situations qui m’amène à étudier l’ontologie du musée, cette légitimation est en fait contrebalancée dans bien des cas par le rôle social, voire le rôle épistémologique, de l’institution. De la légitimation culturelle, le musée devient un outil épistémologique. Du temple au laboratoire, en passant par le forum. Y compris pour la bande dessinée et cette réalité doit être constatée pour la connaissance de la bande dessinée, connaissance qui conduira à une reconnaissance.

Je pense alors systématiquement aux propos sur la postlégitimité d’E. Maigret4, quand il suggère de voir cette notion de légitimation comme une impasse dans l’étude des faits culturels contemporains, parce qu’elle est empreinte de hiérarchie, de rejet et d’angles morts. Ici, cette question du rapport entre musées et bande dessinée qui ignore la médiation et accorde plus d’importance (et donc de réflexion, de savoirs, de connaissances) aux institutions entièrement dédiées à la BD, particulièrement si elles ont les moyens (publics) de collectionner des planches originales, me fait dire qu’effectivement, il y a un manque à gagner considérable dans la connaissance du sujet bédéique alors que cela nourrit la notion de légitimation.

Trois petites remarques supplémentaires quant à cette lecture et qui ne font que poursuivre sur le même sujet : il y a un parallèle peut-être maladroit entre la « légitimité » actuelle des courants artistiques « scandaleux » à leur époque et la bande dessinée alors qu’il ne s’agit pas d’un courant artistique, mais bien d’une pratique culturelle spécifique. Ensuite l’argument du Louvre, comme cachet suprême, qui édite et expose temporairement de la bande dessinée, sonne comme le sceau du roi qui termine de convaincre le lecteur du bien-fondé de cette entrée de dictionnaire. Enfin, concernant les quelques lignes sur le CBBD (Centre belge de bande dessinée), il est dit que « l’enrichissement de sa collection » ne se fait que sur les dons privés, mais en réalité, ce musée bénéficie d’un dépôt légal qui participe pleinement à sa politique de collectionnement et repose simplement sur l’idée qu’il n’est pas fondamental de rechercher l’édition originale, porteuse d’une authenticité qui n’est qu’historique en fin de compte, pour construire une collection représentative de la bande dessinée5.

  1. Bergeron, Y. et Côté, J.-A. (2016). « Diriger sans s’excuser » Patrimoine, musée et gouvernance selon Roland Arpin. Paris : L’Harmattan []
  2. Musée canadien de la guerre. Un ciel meurtrier – Guerre aérienne : 1918-1914 [Exposition temporaire du 10 juin 2016 au 29 janvier 2017]. Ottawa. Récupéré de https://www.museedelaguerre.ca/cielmeurtrier/ []
  3. Musée Holocauste Montréal. (2014). Dessine-moi l’histoire… des Juifs aux Pays-Bas pendant l’Holocauste. Récupéré de https://museeholocauste.ca/fr/activites/dessine-moi-histoire-juifs-pays-bas-holocauste/ et Culture Trois-Rivières. (2018). La saga des Trois-Rivières. Récupéré de https://www.sagadestroisrivieres.ca []
  4. Maigret, E. (2012). « Bande dessinée et postlégitimité ». Dans E. Maigret et M. Stefanelli, La Bande Dessinée : une médiaculture (p. 130‑148). Paris : Armand Colin. []
  5. Je tire cette conclusion d’un entretien réalisé avec Jean Auquier dans le cadre de mon mémoire de recherche, en 2018 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.