Le bouquin de la bande dessinée : “Légitimation”

Lesage, S. (2020). « Légitimation ». Dans T. Groensteen (dir.), Le bouquin de la bande dessinée : dictionnaire esthétique et thématique (p. 419-425). Paris : Robert Laffont.

La structure de l’article est particulièrement claire et aide à comprendre l’ancrage incroyablement prégnant (mais pas surprenant) du caractère légitime, de la légitimité, dans la culture française. La légitimation est une affaire politique, d’ordre public et c’est l’expression d’une validation étatique. L’institution muséale est définitivement un outil, en France, pour transmettre cette validation, cette bénédiction d’État aux concitoyens d’aujourd’hui et de demain.

Or, cet article part d’un constat très simple qui pourrait être résumé par l’idée suivante : la France a progressivement changé d’avis sur la bande dessinée depuis 1949, jusqu’à en faire l’objet de son année 2020, entrainant avec elle tout son attirail institutionnel, depuis le musée, la bibliothèque jusqu’à l’université, en passant par le juridique. L’État joue ainsi son rôle d’arbitre en légitimation, comme en témoigne Luc Boltanski dont l’article phare de 1975 est résumé par S. Lesage et délimité dans sa pertinence par les récentes recherches sur le sujet, notamment la thèse de J. Kohn. Le texte se poursuit et se termine sur l’actualité la plus récente de cette question de la légitimation, notamment au travers de la proposition de postlégitimité d’E. Maigret1 et du modèle sociologique de l’artification de N. Heinich et R. Shapiro2.

J’aimerais discuter d’un point très spécifique, complétant par la même occasion mon propos concernant l’entrée « musées » du même ouvrage3.

Qu’il s’agisse du texte de L. Boltanski ou de la proposition de N. Heinich, le musée est tellement rangé dans son rôle d’institution de légitimation, qu’il n’y a jamais une ligne de réflexion sur les stratégies qui accrédite cet effet. La légitimation apparait comme un fait accompli par la nature du musée, c’est un acte performatif qui est attribué au musée sur les objets et pratiques culturelles qui bénéficient de son espace-temps. Alors qu’en réalité, même dans une institution aussi traditionnelle que le musée du Louvre, dans ce rôle de légitimation, il y a des spécificités bien plus subtiles qu’il faut savoir voir et comprendre pour ne pas les subir. Il y a des choix qui sont réalisés, des sélections, des rejets, des manières de transmettre un discours qui est lui-même construit dans toutes ces expositions citées comme médailles de reconnaissance pour la bande dessinée. De quelle bande dessinée parle-t-on dans cette légitimation ? A-t-on seulement conscience qu’il n’y a pas de neutralité au musée et encore moins de véritable capacité à être encyclopédique ou universel ? Citer des expositions ne dit rien sur leur discours, sur leurs choix, sur leurs perceptions de la bande dessinée. Je me répète, mais de quelle bande dessinée parle-t-on dans cette légitimation institutionnelle ? Mon hypothèse est qu’il y a beaucoup de positionnements différents et autant de perception et de représentation de la bande dessinée au sein des musées.

C’est ce que j’ai voulu mettre en évidence dans mes premières recherches sur les liens entre la bande dessinée et le musée en analysant le modèle de l’artification4, et c’est, dans une autre approche, ce que je continue d’interroger dans ma thèse.

Cette légitimation est faite de tant de parts d’ombre, de tels angles morts, qu’il y a peut-être moins de connaissance que de méconnaissance à en tirer pour la bande dessinée. Je crois pouvoir dire que c’est en grande partie le propos d’E. Maigret dont S. Lesage se fait l’écho dans son article, mais je crois également que c’est le principal défaut de la proposition de N. Heinich concernant l’artification. Selon moi, et contrairement à ce que suggère S. Lesage, ce modèle sociologique n’est pas une alternative à la légitimation parce qu’il soutient, reproduit, encourage, les tenants de cette légitimation. Ce processus, s’il est bien « un déplacement durable de la frontière entre art et non-art, et non pas d’abord une élévation sur l’échelle hiérarchique interne aux différents domaines artistiques », n’engage qu’une modification de la pratique artistique concernée pour « coller » aux normes de l’art légitime. Oui, la sphère de l’art s’ouvre. Oui, elle se déplace comme une bulle qui grandit et englobe de plus en plus d’éléments en son sein, mais la paroi interstitielle de cette bulle est faite de critères qui eux, ne bougent pas, n’évoluent pas, de varient pas en fonction des nouvelles formes d’art. Donc, ce que j’avais voulu voir et démontrer, c’est qu’il y a une forme d’épuration de la bande dessinée pour la rendre compatible à l’écosystème artistique. C’est à la bande dessinée de s’adapter aux conventions, plutôt qu’aux conventions d’évoluer en présence de la bande dessinée. Il y a donc des pertes, des renoncements, des zones d’ombres, des rejets et peut-être même davantage de méconnaissance comme je le mentionnais pour qui prend pour cadre réflexif cette notion légitimation.

Dans cet esprit, trois points avaient été mis en évidence dans ma recherche sur les limites de l’artification appliquée à la muséalisation de la bande dessinée : la hiérarchisation des auteurs (prédominance du dessinateur qui devient artiste et relégation aux rangs inférieurs des scénaristes, coloristes, éditeurs, etc.), la hiérarchisation des contenus bédéiques avec une infériorisation des contenus destinés aux enfants et à l’humour et la réduction de l’institution muséale à un espace de présentation alors qu’il s’agit toujours d’un espace de représentation.

Or, justement, en tout fin, l’article de S. Lesage mentionne ces constats lorsqu’il fait référence à ses proches recherches sur l’« effet livre » :

« Le canon des littératures dessinées résulte de processus formidablement discriminants, qui tiennent à la fois aux supports de publication (…) et aux critères de respectabilité empruntés aux cultures légitimes ».

Lesage, S. (2020). « Légitimation ». p. 424.

  1. Maigret, E. (2012). Bande dessinée et postlégitimité. Dans E. Maigret et M. Stefanelli, La Bande Dessinée : une médiaculture (p. 130‑148). Paris : Armand Colin. []
  2. Heinich, N. et Shapiro, R. (2012). De l’artification. Enquêtes sur le passage à l’art. Paris : EHESS. []
  3. voir l’article ici : https://bdc.hypotheses.org/210 []
  4. Vangindertael, Z. (2018). Étude de la bande dessinée dans le champ muséal : critique du modèle sociologique de l’artification et analyse de la relation symbiotique entre la bande dessinée et le champ muséal. (Travail dirigé). Université du Québec à Montréal. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.