Le bouquin de la bande dessinée : “Expositions”

Daurès, P.-L. (2020). "Expositions". Dans T. Groensteen (dir.), Le bouquin de la bande dessinée : dictionnaire esthétique et thématique (p. 273‑278). Paris : Robert Laffont.

Cette entrée est rédigée par un auteur qui a fait sa thèse sur le sujet de l’exposition de bande dessinée1 et elle est composée de deux parties : tout d’abord la première partie résume les grandes expositions françaises sur la bande dessinée depuis 1967, donc il s’agit ici encore d’un point de vue bien marqué par ce contexte culturel, sachant que les expositions de bandes dessinées aux É.-U. sont plus précoces2. Ensuite, la deuxième partie analyse plus spécifiquement les effets et la manière d’exposer les bandes dessinées, autrement dit, répondre aux questions « pourquoi ? » et « comment ? ».

Deux principales raisons répondent à la première question : la richesse exploratoire de ce « champ artistique » (en manque de discours critique) et sa capacité à attirer un public nombreux, nouveau et jeune. Cela conduit l’exposition de la bande dessinée à être un peu présentée comme le produit idéal pour relancer la machine communicationnelle d’une institution.

La deuxième question est un peu plus développée. Elle débute sur la question des typologies d’objets qui composent les expositions sur la bande dessinée et, effectivement, il est utile de rappeler que rien, dans ces corpus, n’est à priori créé pour l’exposition. Sauf, dans certains cas, davantage étudiés dans l’entrée « galeries » de ce dictionnaire : il s’agit des commandes spécifiques, que ce soit pour la vente ou pour certaines expositions qui demandent à des bédéistes de produire des planches souvent en lien, en communication, avec des œuvres de la collection3

Cependant, cette partie poursuit sur une affirmation : l’enjeu d’une exposition serait complètement distinct du principe de lecture, ce qui conduirait à une situation en inadéquation avec la bande dessinée qui relève de cet exercice. Ce n’est pas tout à fait mon point de vue, notamment parce que je crois qu’il ne faut pas oublier l’aspect discursif d’une exposition et sa construction, son élaboration, qui s’apparente à l’écriture d’un discours qu’il faut parvenir à « lire » dans l’exercice d’une visite. C’est bien pour ça que l’utilisation de la bande dessinée au sein de la muséographie/expographie me parait très intéressante à étudier et à inclure dans le vaste sujet de la muséalisation/exposition de la bande dessinée4.

Le point de vue exclusif de cet article est donc de perpétrer une définition de l’exposition qui se rapproche de la présentation plutôt que d’y voir le projet d’une représentation, qui se fait peut-être historiquement sur le jeu de la distanciation et de la contemplation, mais qui se renouvèle très largement depuis le « tournant communicationnel » des musées et des lieux de diffusion de la culture. On danse, on chante, on fait de la musique au musée, on y dessine, on y dort peut-être, on y court, on y joue. On y lit aussi, pas seulement les textes de l’exposition, mais aussi la bande dessinée. C’est un sujet que j’apprécie particulièrement d’aborder lorsqu’il s’agit de parler des expositions de bandes dessinées, notamment pour présenter les dispositifs de lecture d’albums, de fanzine, de bandes dessinées numériques, etc., au sein des expositions. Donc, pour compléter la proposition de P.-L. Daurès, très certainement que la plupart des expositions sur la bande dessinée donnent au visiteur la possibilité d’analyser ce qu’il a précédemment lu ou lui donne le goût de lire après sa visite, mais il est également évident que beaucoup d’expositions accompagnent littéralement la lecture des bandes dessinées qui font l’objet de l’exposition. Et c’est là tout l’enjeu de considérer l’espace-temps de l’exposition et de l’institution où elle a lieu comme des facteurs qui vont influencer, orienter, conditionner cette lecture. Et dit autrement, je pense que permettre la lecture des bandes dessinées concernées par l’exposition dans cet espace de rencontre est une condition élémentaire pour pouvoir dire qu’il s’agit d’une exposition sur la bande dessinée.

Je ne dis pas que l’exposition ne puisse pas être intéressante en dehors de ce genre de dispositif, bien sûr, mais il s’agit probablement d’une exposition sur un sujet connexe à la bande dessinée qui renseigne davantage sur des éléments environnementaux, comme l’édition, le savoir-faire, l’économie, la consommation, les croisements médiatiques, etc.

P.-L. Daurès distingue enfin deux stratégies expositionnelles, l’une sur le raisonnement, l’autre sur le sensible, avec peut-être trois niveaux de présence plastique pour de la bande dessinée, depuis la plus superficielle où la BD n’est qu’un motif de comparaison ou d’incorporation dans l’art contemporain, à la plus exclusive où la bande dessinée est pleinement valorisée pour son esthétique propre, en toute autonomie, en passant enfin par son utilisation pragmatique en guise de mise en scène immersive (ce qui est encore différent, non contradictoire et potentiellement complémentaire, de son utilisation muséographique telle je le mentionnais plutôt, parce qu’ici il s’agit de faire surgir des éléments de décors issus des imaginaires bédéiques, pas de faire une exposition en bande dessinée).

  1. Daurès, P.-L. (2011). Enjeux et stratégies de l’exposition de bande dessinée (Mémoire). École Européenne Supérieure de l’Image, Université de Poitiers. []
  2. Voir à ce propos plusieurs articles rassemblés dans l’ouvrage Munson, K. A. (dir.). (2020). Comic art in museums. Jackson : University Press of Mississippi. []
  3. Par exemple, l’exposition des éditions La Pastèque au musée des beaux-arts de Montréal. Arsenault, I. (2013). La Pastèque 15 ans d’édition. Montréal : Les Éditions de la Pastèque. []
  4. Musée canadien de la guerre. (2016). Un ciel meurtrier – Guerre aérienne : 1918-1914 [Exposition temporaire du 10 juin 2016 au 29 janvier 2017]. Ottawa. URL : https://www.museedelaguerre.ca/cielmeurtrier/ []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.