Communication : “La BD au musée, réflexions autours de sa muséalisation”

Communication du 23 avril 2021 au séminaire MSL6502 Interprétation des objets muséaux dirigé par Dominic Hardy, au programme de la maîtrise en Muséologie de l’Université du Québec à Montréal.

Contexte : il s’agit d’un séminaire offert à la maîtrise en muséologie sur la question très large de l’interprétation des objets muséaux1. La bande dessinée est un objet qui a été abordé uniquement dans le cadre de cette présentation et il fallait donc apporter une forme d’introduction générale à la présence de la bande dessinée dans ce type d’institution pour que tous puissent saisir certains enjeux. Des enjeux qui, je pense, ne sont pas forcément le fait de ce seul objet culturel, mais peuvent être retrouvés dans d’autres situations, par exemple la muséalisation du jeu vidéo.


Il y a donc deux parties dans cette présentation : un premier temps qui donne certaines clés sur l’histoire de la muséalisation de la bande dessinée et un deuxième temps qui amène à penser les enjeux de l’étude de la muséalisation de la bande dessinée.

Aperçu historique de la muséalisation de la BD

1er constat : un historique des expositions de bandes dessinées, même limité à une aire géographique comme l’Europe ou l’Amérique du Nord serait à la fois trop long et peut intéressant sans avoir une certaine culture spécialisée sur l’histoire de la BD. Donc, j’ai préféré résumer le propos autour de deux idées principales qui caractérisent surtout l’aire européenne, mais qui peut aussi servir pour comparer cette situation à une autre, comme l’aire nord-américaine, par exemple. Ces deux constats sont les suivants :

  1. La muséalisation de la bande dessinée commence avant tout autre chose par sa mise en exposition temporaire, mais elle s’inscrit également dans un schéma proche de l’accident, du malentendu ou de la provocation dans un rapport de force avec l’institution et son pouvoir de légitimation. Pour l’illustrer, je suis passée par la présentation d’une série d’expositions françaises : Bande dessinée et figuration narrative (1967, musée des arts décoratifs), Opéra Bulles (1991 aux Halles de la Villettes), Maîtres de la bande dessinée européenne (2000, BNF et CIBDI).
  2. La crédibilité de la muséalisation de la bande dessinée passe par deux processus distincts et complémentaires :
    • Une mise en relation de la BD avec les beaux arts (artification par l’exposition). Exemple supplémentaire à ceux déjà cités : High & Low (1990, MoMA),
    • Une mise en récit historique de la BD (historiographie par l’exposition). Exemples supplémentaires à ceux déjà cités : Regards croisés de la bande dessinée belge (2009, musées royaux des beaux-arts de Bruxelles), L’âge d’or de la bande dessinée belge (2015, musée des beaux arts de Liège).

Dans les deux cas, on peut faire un lien avec une dérive très largement débattue par la littérature : la valorisation de la planche originale de bande dessinée qui répond parfaitement bien aux impératifs de l’esthétisation et de la documentation propre aux objets de musée, dans une approche traditionnelle de l’institution.

2e constat : un musée de bande dessinée n’en est pas un autre, chaque institution a son projet, son identité et son contexte. Que ce soit à propos de sa création, de sa politique de collectionnement et de préservation, de ses stratégies expositionnelles, la constitution de ses publics, son modèle de gestion et de financement, sans parler de son rapport à l’espace et à l’architecture, il faut appréhender une institution dans toutes ses spécificités pour comprendre la situation à partir de laquelle elle interprète, par le biais de ses équipes, un objet ou une pratique culturelle comme la bande dessinée. Pour l’illustrer, je suis revenue sur le Centre belge de bande dessinée (Bruxelles), la Cité internationale de bande dessinée et de l’image (Angoulême) et le musée Hergé (Louvain-la-Neuve).

Cette petite perspective historique permet de donner quelques clés pour relativiser la relation entre la bande dessinée et le musée et pour encourager l’observation critique des institutions qui s’intéressent à la BD, la normativité de l’institution muséale n’est jamais neutre de sens et de signification quant à la représentation institutionnelle d’un objet ou d’une pratique culturelle.

Aperçu des enjeux dans l’étude de la muséalisation de la BD

 

Qu’est-ce que ça veut dire, la muséalisation de la bande dessinée ? Si l’idée de la première partie de cette présentation était de constater une présence effective de la bande dessinée au sein de l’institution muséale, comme pratique et objet culturels préservés et exposés2, il s’agit maintenant de comprendre pourquoi elle est muséalisée.

Pour répondre à cette question et développer par la même occasion les enjeux d’une recherche muséologique sur la bande dessinée, il est nécessaire de situer la définition de la muséalisation selon deux constats : la muséalisation est un exercice d’objectivation du réel (c’est-à-dire qu’on prend la peine de construire un discours sur la réalité à travers le collectionnement et l’exposition d’une culture matérielle ou immatérielle) et cette objectivation du réel passe par la substitution de cette réalité/du réel. C’est ce qui est complètement lié à la défonctionnalisation des objets de musée qui deviennent le support d’une représentation objective de la réalité.

Ce qui donne deux questions pour l’étude muséologique de la bande dessinée :

  • Quelle est la réalité de la bande dessinée ?
  • Est-ce que les objets qui composent les collections muséales sur la bande dessinée parviennent, malgré leur défonctionnalisation, à représenter la réalité bédéique, pleinement ?

À partir de là, un florilège de questions se bouscule, accompagné de nombreux exemples, donc pour structurer l’ensemble, il y a l’idée de faire un tableau à double entrée :

  1. D’un côté, il y a la bande dessinée qui peut être définie par ses caractéristiques esthétiques, discursives et médiatiques3.
  2. De l’autre, il y a les typologies d’objets concernés par les collections muséales, comme les planches et documents originaux, les objets dérivés, les matériaux de production et les formats édités (comme les albums).

À l’intérieur des cases de ce tableau, il s’agit de se demander : « de quelle réalité parlons-nous à partir de ce type d’objet, dans ce type d’exposition, avec ce type de discours, etc. ? »

N’avons-nous pas finalement une muséalisation de la bande dessinée qui participe davantage d’une représentation d’une réalité sociologique/économique à travers le collectionnement des planches originales ? N’est-il pas surtout question d’une représentation d’une certaine manière de consommer, de produire, de vivre dans notre environnement (ou contre lui) à travers la muséalisation des objets dérivés ? Ou bien encore d’une réalité propre au travail, à la technique, à la technologie, de l’apprentissage et savoir-faire quand les matériaux et les étapes de productions sont exposés et expliqués ? Sans parler finalement des albums et de ses déclinaisons : que veut dire un album fermé sous vitrine ? La réalité éditoriale, médiatique, communicationnelle, d’un certain état de la mondialisation culturelle et économique par le biais de la traduction, peut-être ?

Quand avons-nous vraiment l’impression de rencontrer la bande dessinée au sein d’une exposition muséale ? Quand la muséalisation de la BD parvient-elle à représenter la réalité bédéique, dans sa complétude, aussi bien esthétique, discursive que médiatique ? Est-ce seulement possible ?

Je crois que oui, notamment à travers un dispositif aussi discret qu’essentiel et très loin d’être anecdotique : la table de lecture / la petite bibliothèque.

Plus qu’un mobilier de repos ou de rendez-vous, c’est un espace et un temps proposés par l’institution à ses visiteurs pour leur donner de véritables conditions d’appropriation de l’expérience bédéique. Et c’est en présentant cette idée à travers différents dispositifs, différentes expériences expositionnelles, en citant différents acteurs et auteurs qu’il est possible de suggérer ici une spécificité particulièrement intéressante de la muséalisation de la BD.

 

C’est ce qui ouvre la voie au dialogue, au débat et à la réflexion : la question de la lecture de la bande dessinée dans l’espace muséal est une porte ouverte à beaucoup de réflexions, notamment sur le temps de visite et la fréquentation d’une exposition, sur la distanciation critique supposée par la défonctionnalisation des objets, sur la préservation des bandes dessinées laissées entre les mains des visiteurs, sur l’impact du contexte muséal au moment de la réception de la bande dessinée, sur le rôle actif du visiteur au cours de sa visite, sur la parole de ce dernier lorsqu’il a fait l’expérience de la bande dessinée, sur l’expérience muséale et son rôle dialogique, et tant d’autres encore.

  1. Il ne s’agit pas de la retranscription exacte de cette communication qui a duré près de 1h40, ce serait beaucoup trop long pour ce carnet. Néanmoins, je retransmets ici le plan logique et les diapositives qui ont accompagné ma présentation. []
  2. j’ajoute évidemment bien volontiers la place et le rôle de la bande dessinée dans la médiation et l’éducation muséale []
  3. C’est une façon d’aborder la bande dessinée comme objet et comme pratique culturelle qui me permet, dans mes recherches, de faire dialoguer la littérature scientifique à son sujet, parce que c’est un sujet concerné par tellement de disciplines différentes qu’il y a toujours une forme de parti pris pour mettre en évidence l’un de ces trois aspects au détriment des deux autres, sans pour autant les nier complètement. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.